NIGERIA : Un activiste traduit la CENI et la Police en justice

Imprimer | Partager

Un nigérian du nom deMalcolm Omirhobo  a assigné ce mardi la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et Abubakar Adamu l’Inspecteur Général de la Police (IGP) devant un tribunal à Lagos pour restriction de mouvement pendant les élections générales du samedi 23 février.

2019-02-19


En se remettant à la justice pour sa plainte, Omirhobo a prié le tribunal de déclarer illégale la restriction des mouvements de véhicules et de personnes lors des élections. Aucune date n’a été fixée pour l’examen de la requête.




Omirhobo a prié le tribunal de dire que la restriction de mouvement pendant les élections n’est pas une loi et qu’aucune loi en vigueur n’est raisonnablement justifiable dans une société démocratique permettant de justifier une dérogation des droits des citoyens. Pour le plaignant, la décision de restriction de mouvement est une violation des droits fondamentaux du public nigérian, à la liberté de circulation, à la liberté d’association et à la liberté d’expression, tels que garantis par les articles 39, 40, 41 et 46 de la constitution nigériane.

L’avocat du plaignant a demandé au tribunal d’imposer une ordonnance aux défendeurs de faire respecter ou de restreindre la circulation des véhicules du public nigérian dans l’ensemble du pays pendant la tenue des élections.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *