Les italiens donnent des assurances sur la réception du stade Paul Biya à temps pour la CAN2019

Imprimer | Partager

C’est l’assurance donnée par l’entreprise Piccini, en charge des travaux, lors d’une conférence de presse hier à l’ambassade d’Italie à Yaoundé.

2017-07-19


Une leçon de pédagogie. C’est la démarche employée hier au cours d’une conférence de presse par les responsables du projet de construction du complexe sportif d’Olembé. Dans le rôle des enseignants, Samuela Isopi, ambassadeur d’Italie au Cameroun. A ses côtés, quelques responsables de l’entreprise Piccini, en charge des travaux. Fortuitement, l’exercice arrive dans un contexte où des informations, souvent inexactes, ont circulé dans la presse, au sujet de l’organisation par le Cameroun de la coupe d’Afrique des nations 2019. Occasion rêvée pour la partie italienne d’apporter quelques éclaircissements au sujet du stade d’Olembé. La société Piccini aurait-elle des problèmes judiciaires qui handicaperaient les travaux du stade ? « Des informations totalement fausses », déclare Samuela Isopi.




Le matériau utilisé pour la construction serait-il provisoire ? « C’est un stade construit avec les techniques modernes. Le matériau préfabriqué ne signifie pas qu’il est provisoire ». En clair, le stade ne sera pas monté puis démonté comme l’a laissé croire une certaine opinion. L’on apprend même que l’utilisation de matériaux préfabriqués ne serait gage d’une meilleure qualité que si le béton est coulé sur place. « La préfabrication a des avantages pour la durabilité de la construction. C’est aussi un gain de temps », précise Marc Debandt, directeur du projet. Avec les techniques modernes, le temps où tout se faisait sur le site de construction, avec les ballets de camions chargés de sable, gravier…semble révolu.

L’entreprise Piccini serait-elle inexpérimentée pour ce type de travaux ? Faux, rétorque encore Eloy Suarez, architecte du projet. Et l’ingénieur de lister quelques faits d’armes de Piccini : le stade olympique d’Athènes, le stade de la Juventus de Turin (club de première division italienne de football), le stade olympique de Rome (construit à l’occasion du Mondial 1990), « en seize mois ». Reste la question des délais. Seront-ils tenus ? Oui, affirme-t-on du côté de l’entreprise italienne. Du moins, pour ce qui est nécessaire pour la CAN 2019. Car le projet n’a pas été modifié. Le reste du complexe sportif (piscine olympique, gymnase…) sera achevé après la compétition et livré « avant fin 2019 ».

Le premier bateau est attendu au port de Kribi en septembre prochain avec les premiers matériaux préfabriqués. Deux navires ont été affrétés par Piccini pour effectuer la navette entre le Cameroun et l’Italie. Malgré certaines difficultés lors de sa mise en place, le chantier semble définitivement lancé. Difficile cependant, à ce stade des travaux, de donner un taux de réalisation précis, compte tenu de cette technique particulière. « Il faut environ 50.000 tonnes de matériaux préfabriqués pour le stade. Le premier navire en apporte environ 9500», concède Gabriel Ngaha, chargé de mission auprès du projet.




Réactions

« Nous n’avons rien à cacher»

Samuela Isopi: Ambassadeur d’Italie au Cameroun.

« Nous avons lu des informations dans la presse sur le projet de construction du complexe sportif d’Olembé qui, malheureusement, ne sont pas fondées. Ce point de presse était prévu depuis quelques mois déjà. Nous voulons partager avec les médias et le public, l’histoire et l’évolution d’un projet qui appartient à tous les Camerounais. Nous n’avons rien à cacher. Nous sommes derrière ce projet et nous allons continuer de l’être. L’objectif est d’aider le Cameroun à abriter la CAN 2019, mais aussi permettre à la ville de Yaoundé d’avoir un espace sportif, social et urbain à la disposition de tous après la CAN ».

 

Marc Debandt: « Le stade sera prêt pour la dernière inspection de la CAF»

Directeur du projet du stade d’Olembe.

 

« Le stade sera prêt pour la dernière inspection de la Confédération africaine de football. Nous avons identifié les priorités pour les éléments essentiels. Pour des éléments non essentiels comme le centre commercial et l’hôtel, des travaux de finition se poursuivront jusqu’en décembre 2019. Il ne s’agit pas d’un projet conventionnel. Les risques ne sont pas au plan technique où tout est maîtrisé, mais sur le plan de la logistique. Voilà pourquoi la préparation est le mot-clé. Les matériaux préfabriqués sont en train d’être montés en Italie en ce moment. Le premier bateau arrive en septembre prochain. Vous serez étonnés de la vitesse des travaux ».



Eloy Suarez: « Matériel préfabriqué n’est pas synonyme de provisoire »

Architecte du projet de construction du stade d’Olembé.

 

« Le stade d’Olembé sera construit avec la technologie la plus récente pour ce genre d’ouvrage. Le matériel préfabriqué n’est pas synonyme de matériel provisoire. Le résultat final sera identique, voire meilleur que si le béton avait été coulé sur place. La seule différence est qu’il est fabriqué en Italie. Avec ce matériel, le niveau de précision, de sécurité et de qualité est meilleur que si cela avait été fait sur place. De cette façon, le stade sera encore plus durable. Pour la réalisation du stade, nous avons une bonne équipe et du bon matériel. Tout a été monté jusque dans les moindres détails en 3D. Tout ce qui est nécessaire pour la CAN sera prêt ».

Steve LIBAM




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *